Vous êtes ici : Dossiers et conseils bricolage, construction, rénovation pour la maison > Travaux de peinture > Dégâts des eaux au plafond : comment gérer les travaux de peinture ?

Dégâts des eaux au plafond : comment gérer les travaux de peinture ?

Dégâts des eaux au plafond : comment gérer les travaux de peinture ?

Un dégât des eaux peut gravement altérer le plafond d’une pièce. Les dommages qu’il entraîne nécessitent une intervention afin que le plafond retrouve son état d’origine. Seul hic : on ne repeint pas tout de suite le plafond qui a subi un dégât des eaux, histoire de cacher la misère. Il y a bien d’autres choses à faire avant pour limiter les risques de voir s’installer des moisissures à plus ou moins long terme mais pas que…

Identifier l’origine du dégât des eaux

Un dégât des eaux peut être dû au débordement de la baignoire par exemple ou à un joint défectueux. Ce sont des causes faciles à identifier. Dans d’autres situations, l’origine de la fuite est plus compliquée à trouver. Il peut s’agir de la rupture d’une canalisation, d’une remontée capillaire ou encore d’une infiltration d’eau par le toit. Dans ces cas-là, l’humidité imbibe sournoisement le plafond et quand on s’en rend compte, les conséquences du dégât des eaux peuvent être très importantes.

Avant de gérer le plafond lui-même, il faut déjà réparer ce qui fuit. Lorsque la cause des dégâts est une canalisation rompue par exemple, il est nécessaire de faire intervenir un professionnel même si l’on est un fin bricoleur. Le fait de localiser au plus vite la zone du sinistre et la cause de ce dernier évite que les dommages ne s’étendent à d’autres parties de l’habitation.

Laisser sécher le plafond avant de le repeindre

Inutile de repeindre un plafond tant qu’il est imbibé d’eau. Après un dégât des eaux, il faut donc s’armer de patience car selon le degré d’imprégnation le temps de séchage peut être assez long.

Repeindre un plafond mouillé : les risques

Repeindre un plafond encore mouillé n’a d’autre conséquence que de garder les matériaux humides, ce qui entraîne les risques suivants :

  • Cloquage de la peinture,
  • Pourriture du plâtre,
  • Décollement du papier peint,
  • Prolifération des champignons (moisissure).

Poser une peinture sur un plafond après un dégât des eaux sans attendre le séchage complet entraîne irrémédiablement la détérioration des divers matériaux et revêtements. Le travail accompli n’aura donc servi à rien, l’argent dépensé dans l’achat de la peinture sera gaspillé et l’on n’aura plus qu’à recommencer.

Astuces pour accélérer le temps de séchage d’un plafond

Il n’y a rien de pire qu’un environnement confiné pour maintenir le degré d’humidité à son paroxysme. C’est la raison pour laquelle il est indispensable, avant tout, de bien ventiler la pièce dont le plafond a subi un dégât des eaux. Il faut aussi maintenir une température ambiante suffisamment chaude afin de favoriser le séchage, ce qui permet de limiter les risques de moisissure et de détérioration. Cette procédure consiste donc à alterner les périodes d’aération et de chauffage. Elle est efficace mais nécessite pas mal de temps avant que le plafond soit totalement sec.

Il faut éviter de chauffer directement le plafond mouillé car cela favorise l’apparition de fissures. Logique : la surface ayant bien séchée, l’humidité qui se trouve encore en profondeur a plus de mal à s’évacuer. Si l’on repeint le plafond uniquement parce qu’il a séché en surface, l’humidité réapparaîtra. On peut pallier cet inconvénient majeur en recourant à un appareil spécifique.

Utiliser un appareil de séchage

Lorsque le dégât des eaux a vraiment imbibé le plafond en profondeur, on peut favoriser l’assèchement en utilisant :

  • Un appareil de déshumidification qui fonctionne par condensation : il est plutôt préconisé pour assécher une petite pièce quand on ne peut la ventiler suffisamment. Le taux d’humidité baisse de façon très progressive, ce qui peut prendre du temps.
  • La centrale avec système d’aspiration et d’expulsion qui traite l’air ambiant et élimine l’humidité d’une grande pièce en quelques heures seulement. Cela réduit le temps de séchage du plafond, mais il n’y a toutefois pas de miracle : le plafond ne sera pas totalement sec en un jour.
  • La centrale d’assèchement par champs magnétiques : elle est surtout recommandée en cas de remontée capillaire et d’infiltration.

Ces appareils coûtent très cher. Inutile de dépenser une fortune pour une utilisation ponctuelle. La meilleure solution est d’opter pour la location.

Vérifier le taux d’humidité du plafond avec un humidimètre

Quelle que soit la méthode de séchage utilisée, il est recommandé de vérifier régulièrement le taux d’humidité pour savoir avec certitude quand il est enfin temps de repeindre le plafond. On ne peut envisager d’attaquer les travaux de réfection que lorsque ce taux est inférieur à 10 %. Le recours à un testeur d’humidité ou humidimètre est d’une grande utilité. Il existe différents modèles d’appareils, plus ou moins sophistiqués, avec une marge d’erreur inférieure à 2 %. On peut se procurer un modèle fiable assez basique pour une trentaine d’euros.

Repeindre son plafond après un dégât des eaux

Suite à un dégât des eaux, dès que le plafond est enfin parfaitement sec – et pas uniquement en surface -, il est temps de le repeindre soit par vous-même, soit en passant par un artisan peintre professionnel.

Traiter la surface à repeindre

Un petit coup d’œil général est recommandé afin de vérifier si la surface à peindre est saine. Il est possible que le plafond ait un aspect farineux ou bien encore que certaines zones soient friables ou laissent apparaître un peu de moisissure. Si c’est le cas, on commence par assainir la surface en procédant de la façon suivante :

  • Ouvrir la fenêtre afin de bien aérer la pièce pendant l’opération d’assainissement,
  • Nettoyer soigneusement le plafond avec une brosse douce,
  • Passer si nécessaire un produit traitant contre le salpêtre. En plus d’éliminer le salpêtre et de prévenir sa réapparition grâce aux actifs qu’il contient, il favorise l’assèchement du support sans empêcher l’évaporation de l’humidité. De plus, grâce au traitement anti-salpêtre, les papiers peints et la peinture tiennent plus longtemps.
  • Recouvrir entièrement le plafond d’une couche de durcisseur, soit avec un rouleau, soit avec un large pinceau selon les recommandations du fournisseur. Il faut veiller à bien saturer l’intégralité du support.

Une période de séchage de 24 heures au minimum doit être observée après la pose d’un produit traitant ou d’un durcisseur et avant d’étaler une sous-couche. Une fois celle-ci posée, il ne reste plus qu’à repeindre le plafond avec une peinture adaptée, de la teinte de son choix, et le dégât des eaux ne sera plus qu’un mauvais souvenir. On peut pour cela acheter une peinture adaptée à la pièce à repeindre, à savoir :

  • Une peinture anti-humidité qui contient des microbilles de verre : destinée aux pièces humides comme la salle de douche, la salle de bain et la cuisine, cette peinture assure une bonne isolation thermique et limite les risques liés à la vapeur d’eau sur les parois froides.
  • Une peinture anti-condensation : elle est recommandée dans une pièce mal ventilée, dans les pièces humides et dans les zones peu chauffées ou la température ambiante est relativement froide. Riche en microbilles de verre, cette peinture est un isolant thermique et limite les risques de condensation.

Il peut être nécessaire d’attendre plusieurs mois avant de repeindre son plafond ayant subi un dégât des eaux. Ce laps de temps suffisamment long permet au support de sécher complètement, mais il est aussi nécessaire pour prendre rendez-vous avec un expert. Ce professionnel est chargé par l’assureur de constater l’étendue des dégâts avant réparation et d’estimer le montant de l’indemnisation que la compagnie d’assurance devra verser à son client. Pour que celui-ci puisse prétendre à cette indemnisation, encore faut-il qu’il ait déclaré le sinistre au plus vite, comme le stipule son contrat d’assurance habitation.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager ce dossier sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire - Raconter votre expérience !

Prénom ou pseudo (obligatoire)

E-mail (obligatoire)

Votre commentaire

Code de sécurité à copier/coller : 3MTvaV

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Poursuivre votre lecture